Mauvais exemple du journal Voir

Voici ce que l’on trouve à la Une de Voir d’avril-mai 2015 (vol. 24, no 16) : « Le NoShow / la réplique des BS de luxe / Actrice en crisse / Le théâtre est dans marde ». Un mélange de mot anglais, de joual et de vulgarité. L’article annoncé et publié en page 13 du numéro n’est pas plus avare du mélange : « push and pull » du premier ministre, faire le « shooting » au Diamant, des comédiens sont « flushés », « show » d’Alex, donner du « fun », « ben » plus mal pris, c’est pas « glamour » d’être comédien, etc. Le journal Voir vit de la publicité payée par différentes entreprises (Céramix, Kangalou, Festival international de musique actuelle, Galerie d’art Factory, Musée de la civilisation, Fabrique sucrée, Centre d’aide aux victimes d’actes criminels, Les Immeubles Paradis, etc.). Ces entreprises ne devraient-elles pas être mal à l’aise et gênées face à un tel laxisme en matière de langue d’un journal qu’elles financent?…

Gaston Bernier

1 Commentaire

  • Roger T. Drolet

    Cher monsieur Bernier,

    En réponse à la question posée en conclusion de votre texte, j’oserais affirmer que les entreprises qui investissent dans ce média sont implicitement d’accord avec son contenu. Un placement publicitaire vise le public cible qui consomme ce journal (et son volet Web). Or la politique rédactionnelle ou éditoriale de ce média spécifique est d’attirer l’attention d’un large public dans un marché ultra compétitif et un lectorat de plus en plus rare. Je soupçonne que la rédaction fait le choix délibéré d’utiliser un vocabulaire qui a du « punch ». On peut être pour ou contre cette stratégie mais il s’agit là d’un choix marketing. Comment savoir si les lecteurs auraient une préférence pour une langue écrite plus châtiée? Il n’y a malheureusement aucun outil sérieux qui puisse le démontrer. Chose certaine, si le lectorat de Voir baisse encore un peu, il n’y aura plus d’annonceurs et, ultimement, plus de journal. Est-ce que ce média spécialisé qui a eu ses heures de gloire dans les années passées est toujours pertinent? Ça, c,est une autre question.

Laissez un commentaire